Biostatisticien - Fiche métier

Synonyme(s) : Aucun

Santé

© pressfoto

Salaire moyen

57 500 €

Salaire moyen brut par an

Niveau d'étude

Bac+5 à Bac+8

Top 5 compétences

Statistiques
Biostatistiques
Secteur de la sante
Anglais
Sas

A mi-chemin entre les sphères de la santé et des mathématiques, le biostaticien recueille des données et les analyse dans le but de comprendre des comportements : propagation d'une maladie, efficacité d'un médicament... Il agit en amont de la commercialisation d'un produit pour en garantir la qualité et l'innocuité. Un métier technique et responsabilisant, à la pointe de la recherche.

Quelles sont les missions du biostatisticien ?

Le biostatisticien intervient lors de recherches pré-cliniques ou cliniques afin de valider des conclusions et proposer des modèles d'analyse.

Sa tâche consiste à :

  • définir les conditions d'expérimentation : taille de l'échantillon, paramètres...
  • recueillir des données chiffrées et les modéliser
  • proposer un plan d'analyse statistique
  • traiter les données grâce à des logiciels spécialisés
  • rédiger des conclusions qui aident à la prise de décision.

Le biostatisticien remplit donc des missions à la fois d'analyse et de conseil.
Il exerce au sein d'une équipe pluridisciplinaire pour valider ou non la mise en circulation d'un produit.

Quelles sont les compétences attendues ?

Avant toute chose, bien entendu, le biostatisticien possède une maîtrise parfaite des chiffres. Les calculs, statistiques, courbes sont des éléments avec lesquels il jongle avec naturel. Cependant, compte tenu de l'impact que peuvent avoir ses conclusions, il doit surtout témoigner d'une rigueur et d'une concentration infaillibles.

Aujourd'hui, le travail du biostaticien s'effectue sur ordinateur. Le candidat est donc parfaitement à l'aise avec l'outil informatique. Bien qu'il fasse preuve d'une grande autonomie, il s'inscrit dans une équipe et fait donc montre d'un grand sens du collaboratif. Il sait écouter et déléguer.

Le biostatisticien complète ses compétences en mathématiques par de solides connaissances en biologie. Désormais, la maîtrise de l'anglais est indispensable pour évoluer dans des équipes de plus en plus internationales.

Les avantages et les inconvénients du métier de biostatisticien

PlusLes plus :

    • Des opportunités de carrière à l'étranger
    • Un métier au plus près de l'innovation, notamment dans les domaines alimentaire et pharmaceutique

MoinsLes moins :

    • Un niveau de recrutement qui stagne : insertion parfois difficile pour les jeunes diplômés
    • Des emplois très localisés : 90% des recrutements en Ile-de-France

Quelles formations pour devenir biostatisticien ?

Le candidat commence son orientation au niveau 5 (Bac+3) en décrochant, par exemple, une :

  • Licence professionnelle SIS (statistique et informatique pour la sant)
  • Licence professionnelle Industries chimiques et pharmaceutiques, option : essais cliniques et validation
  • Licence professionnelle Sciences humaines et sociales, spécialité biostatistique.

Cependant, c'est au niveau 7 (Bac+5) que sont recrutés les biostatisticiens, qui doivent viser des diplômes tels que :

  • Master bio-informatique et biostatistique (université Paris-Sud 11)
  • Master méthodologie et statistiques en recherche biomédicale
  • Master santé publique : méthodes en évaluation thérapeutique, biostatistique, épidémiologie clinique (universités Paris 5 et Paris 7)
  • Master biostatistique (université Montpellier 2)
  • Diplôme d'ingénieur en biostatistique.

Quel est le salaire du biostatisticien ?

Le salaire du biostatisticien repose principalement sur son expérience et la taille de son employeur. Ainsi, si un jeune diplômé touche 2000€ environ pour un premier poste, un biostatisticien expérimenté touche une moyenne de 3000€ mensuels en cours de carrière.
Dans les grands laboratoires, un biostatisticien cadre peut même gagner jusqu'à plus de 4000€ par mois.

Quelles sont les évolutions de carrière ?

Le métier de biostatisticien offre de très nombreuses perspectives d'évolution de carrière. Après plusieurs années d'exercice, le candidat peut en effet se tourner vers des métiers dans la recherche ou le contrôle qualité :

  • assureur qualité en R&D (recherche et développement)
  • gestionnaire de bases de données cliniques
  • attaché de recherche clinique
  • chargé d'études épidémiologiques
  • chargé de pharmacovigilance...

Les profils les plus expérimentés pourront quant à eux prétendre à des postes d'encadrement :

  • coordinateur d'études cliniques
  • data manager en biostatistiques
  • responsable de projets en R&D
  • responsable d'études cliniques.

Qui emploie des biostatisticiens ?

Traditionnellement, le biostatistien exerçait au sein d'une clinique ou d'un laboratoire de recherche, dans différents secteurs d'activité (pharmacie, alimentation, agronomie...).
Aujourd'hui, cependant, les missions de recherche sont externalisées et confiées à des CRO (Contact Research Organizations), qui sont devenues les principaux employeurs de biostatisticiens.

En résumé

Secteur Santé
Niveau d'étude minimum Bac+5 à Bac+8
Diplôme conseillé Master
Alternance Non
Insertion professionnelle Moyenne
Salaire débutant 2000€
Voir plus de métiers

Les autres métiers du secteur Santé

Offres d'emploi du métier Biostatisticien

Emploi par ville

L’emploi par ville pour le métier Biostatisticien

La FAQ des métiers

💶 Quel est le salaire moyen du métier Biostatisticien ?

Le salaire moyen de Biostatisticien est de 57500 €.
En savoir plus

🎓 Quelle est la meilleure formation pour devenir Biostatisticien ?

Le diplome conseillé pour Biostatisticien est Master
En savoir plus

📖 Quelles sont les compétences attendues pour exercer le métier Biostatisticien ?

Avant toute chose, bien entendu, le biostatisticien possède une maîtrise parfaite des chiffres. Les ...
En savoir plus

Quelles sont les avantages et les inconvénients du métier Biostatisticien ?

Des opportunités de carrière à l'étranger Un métier au plus près de l'innovation, notamment dans les ...
En savoir plus