Accueil > Astuces emploi  >  Interviews  >  Smaïl Maakik (E-Works) : "Le web et ses métiers évoluent vite"

Smaïl Maakik (E-Works) : "Le web et ses métiers évoluent vite"

1624 personnes intéressées par cet article
E-Works.fr
Fotolia.com - © Sergey Nivens

E-Works.fr est un site emploi spécialisé dans les profils webmarketing, e-commerce et e-business. Son co-fondateur Smaïl Maakik décrypte pour nous les tendances du marché.



Aujourd'hui dans le web, quels sont les profils les plus recherchés ?

Les développeurs tous niveaux (PHP, Lead, Magento…) sont très recherchés. La forte concurrence, notamment dans le secteur de l'e-commerce, fait augmenter le niveau d'expertise de ces profils. Il en découle une importante recherche en codeurs expérimentés, aussi bien chez l'annonceur qu'en agence.
Avec la  pénurie de profils expérimentés sur le marché, les entreprises font face à de réelles difficultés pour embaucher. De nombreuses initiatives innovantes émergent pour tenter de combler les besoins réels du marché, comme l'Ecole 42 ou les concours pour codeurs.

La demande en métiers du marketing online est, elle aussi, très régulière. Les juniors sont plus facilement recrutés : Traffic Manager, Assistant(e) Webmarketing, Consultant(e)/Référenceur SEO, Chargé de SEM...
Pour les profils seniors, la dynamique est différente. Chez E-Works, nous avons pu remarquer que ces profils tendent à changer d'entreprise quand leurs salaires n'évoluent plus.



Quelles sont les meilleures régions pour travailler dans le web ? On pense à l'Ile-de-France bien sûr mais identifiez-vous d'autres régions en plein essor numérique chez E-Works ?

Effectivement chez E-Works, l'Ile-de-France est l'une des régions les plus dynamiques. Mais on remarque également la région Rhône-Alpes, avec Lyon en tête ou la Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui est active sur Marseille. Ces trois régions représentent à elles seules plus de 70% des offres de notre plateforme.
D'autres régions comme les Pays de la Loire, avec Nantes, l'Aquitaine avec Bordeaux ou le Nord-Pas-de-Calais avec Lille, restent évidemment très dynamiques en termes de recrutement.

Retenons que pour un premier poste, trouver un emploi dans le web est plus aisé dans les grandes villes.



Le web et ses métiers évoluent vite. Observez-vous des besoins en nouvelles spécialités de la part des entreprises ?

Il est vrai que les besoins évoluent très vite. Aujourd'hui, on doit être capable d'aborder plusieurs spécialités au sein du même poste.
Prenons l'exemple du référenceur SEO : en plus de son domaine de compétence, il doit travailler le référencement des applications mobiles ou tablettes sur les différentes plateformes Appstore (Apple ou Google), améliorer le positionnement des vidéos (postées sur Youtube…) de son entreprise afin qu'elles ressortent dans les meilleurs résultats...

On peut donc davantage parler d'une complexification des métiers du web, où la veille et les tests réguliers des nouveautés deviennent essentiels pour rester "dans le coup".



Les métiers du web sont relativement nouveaux. Les recruteurs du numérique sont-ils encore à la recherche du "mouton à 5 pattes" ? Ou au contraire, les périmètres d'intervention de chaque profil commencent-ils à être bien définis ?

J'observe avant tout des entreprises souhaitant disposer de profils aux multiples compétences, mais pas forcément dans une volonté de les surcharger de missions : elles privilégient les profils aux multiples talents avant tout dans une logique d'efficacité d'équipe et de performance. Les projets web deviennent de plus en plus complexes et doivent intégrer nativement différentes couches : l'ergonomie/l'UX, les spécificités du SEO, des réseaux sociaux, etc.
Un bon spécialiste présente un profil un peu contradictoire : une certaine polyvalence d'un côté et une expertise métier approfondie dans une spécialité de l'autre. Aujourd'hui, un consommateur voit le tweet d'une marque à propos d'un produit sur son smartphone, visite la page fan de son e-marchand préféré qui vend ce produit. Il clique sur "J'aime" via sa tablette et reçoit une newsletter avec un code promo. En cliquant sur un lien via un moteur de recherche, il n'aura plus qu'à utiliser ce code sur son PC et acheter ce fameux produit... L'e-acheteur n'a jamais été aussi multicanal et multidevice que maintenant.

Pour les petites structures, un profil polyvalent présente l'avantage de pouvoir remplir des missions très variées au quotidien. Ce besoin s'explique assez logiquement par la taille de l'entreprise.
C'est différent dans les grands groupes, où les équipes digitales et les moyens mis en place permettent de segmenter de manière très poussée les tâches de chacun. Même si parler avec un pôle DSI pour poser un tag de tracking sur un site web requiert le même langage partout !



21/11/2013
Votre avis nous intéresse, n'hésitez pas à le partager ! 0 commentaires
Donner mon avis
Ces interviews peuvent aussi vous intéresser
Qu'est-ce que le délai de carence intérim, ou carence intérimaire ?
Intérim ou CDD : quel est le mieux pour le salarié ? - Jobijoba
Télétravail à domicile : conditions, inconvénients et salaires
Rapport de stage : exemples et modèles
Intérim et chômage : peut-on cumuler ?
Intérim sans diplôme : comment y accéder ?
Voir toutes les interviews